Select Page

A propos

pascalboissiere-com-000051-BiO-OiM                        
En visite à London, comment ne pas prendre la pose dans ce fabuleux  décor de Buckingham Palace?
Buckingham a inspiré Disney et Disney m’a inspiré Buckingham. J’ai triché, au moins, on me voit bien.
————————————————————–————————————————————–————————————————————–————————————————————–————————————————————–————————————————————–————————————————————–

 

BACK

©pascalboissiere-textpascalboissiere-com-000051-BiO-OiM02

————————————————————–————————————————————–————————————————————–————————————————————–—————————————————
Ainsi naissent certaines vocations. Une tombola en Normandie, et me voilà affublé d’une boite noire dans laquelle on voit le monde à l’envers, c’est incompréhensible.  Pourquoi est-ce si compliqué de regarder le monde dans cette boite ? Je veux absolument comprendre comment m’en servir, et ça continue encore aujourd’hui.
A 16 ans j’achète mon premier réflex Nikon. La MJC de Vincennes était à l’époque dotée d’un excellent labo et d’un studio photo où je fais mes premières images studio .C’était déjà des portraits de musiciens, des Jazzmen, le fabuleux pianiste Claude Bolling fut le premier.
En 1987 je rentre au Studio Rive Droite comme assistant de plateau.
J’y côtoie les plus grands photographes de mode de l’époque, je collabore principalement avec Lothard Schimd, Andre Rau, Gilles Bensimon, Javier Vallhonrat ou Karl Lagerfeld qui lui était un débutant en photographie.
Je deviens l’assistant de Claude Genet avec lequel nous réaliserons  divers catalogues de mode, des campagnes publicitaires ou encore la campagne présidentielle de 1988, avec EuroRSCG, dont le fameux visuel avec Lola Seguéla bébé et la main de son papa.
1988-mitterand-nicolejailly
En 1990, commence ma carrière de photographe indépendant, je rentre à l’agence Sipa-Press pour le compte de laquelle j’effectue divers reportages, principalement dans l’industrie musicale ou cinématographique.